Vous êtes dans : Accueil Au quotidien Mobilité

Mobilité

Publié en août 2013 - dernière mise à jour en juin 2017

Vélos et mode de déplacement doux

Respectueux de l’environnement, pratique et bénéfique pour la santé, le vélo a tout bon. La Municipalité multiplie les aménagements afin de répondre aux attentes des cyclistes, de sécuriser leurs trajets et de favoriser plus largement le développement des déplacements doux.

Chaumont est la ville quasi idéale pour se déplacer autrement qu’en voiture. Certes, « nous sommes dans un département rural où l’usage de l’automobile est important voire indispensable », commente Pierre Etienne, conseiller municipal délégué à l’environnement, « mais il faut laisser une juste place aux autres modes de déplacement plus respectueux de l’environnement et bien meilleurs pour la santé, comme le vélo.» Adopter ce mode de déplacement dit « doux » est plutôt aisé à Chaumont « parce que la ville est, dans sa partie centrale, relativement plate avec des distances adaptées à la pratique du vélo », explique le conseiller municipal. Inutile d’objecter des excuses liées au temps maussade ; « dans la ville de Copenhague, où la météo est moins clémente qu’à Chaumont, plus d’un quart des déplacements se font en vélo.» Débuté sous la précédente mandature, le développement du schéma cyclable et de la place du vélo en ville se poursuit donc avec de nombreux aménagements. « Cette année, nous avons mis l’accent sur les intersections, des points qui pouvaient être potentiellement dangereux quand voitures, camions et vélos doivent se croiser », poursuit Pierre Etienne.

Des points d’accroche

Des cyclistes, souvent représentés par le Collectif Chaumont à vélo, avaient d’ailleurs signalé qu’il était parfois compliqué de passer dans ces carrefours. « Nous demandons régulièrement à ce Collectif de réagir à nos propositions », détaille Pierre Etienne, « nous sommes dans une démarche d’échanges et de concertations qui nous permet d’être au plus proche des besoins des utilisateurs ». Autre point important qui va également ravir les cyclistes : la création de points d’accroche. « Il y a un réel déficit et une grande demande », admet l’élu. « Nous avons établi une liste de lieux qui génèrent du trafic et qui seront équipés comme la Maison des associations, la salle des fêtes, le marché couvert, en tout une dizaine de points seront mis en place d’ici la fin de l’année. » A noter, la démarche de création originale de ces points d’accroche. « Les Services techniques accueillent un étudiant de la licence professionnelle design du cadre de vie du lycée de Gaulle », explique Pierre Etienne, « il est chargé de la conception de ce nouveau mobilier urbain avec deux impératifs : utiliser de la matière première locale, prise dans les forêts communales, et les faire fabriquer ici, par les agents du service ». Une démarche durable à 100%. Dernière évolution en cours : les « voies vertes ». Jardins, parcs et autres promenades deviendront des aires de cohabitation entre piétons, cyclistes et rollers, ces derniers devant circuler « au pas ». Maintenant que les beaux jours reviennent, il n’y a plus qu’à préparer sa monture.

Ces derniers mois, de nouveaux aménagements ont été installés, avec des règles d’usage spécifiques. Sas, double sens cyclable, voie verte... le point avec ce dossier qui rappelle également les règles du « bien circuler » ensemble.

Un sas cycliste, réservé aux cyclistes

Cette zone matérialisée au sol par un marquage spécifique facilite l’insertion des cyclistes en carrefour. Le principe consiste à reculer la ligne d’effet des feux sur toute la largeur de la chaussée concernée par le feu. L’espace ainsi délimité permet aux cyclistes de profiter du feu rouge pour se positionner devant les autres véhicules, afin :
- de mieux voir et d’être vu ;
- de présélectionner son « tourne à gauche » avant les véhicules qui sont derrière lui et qui suivent la même direction ;
- de démarrer avant les véhicules à moteur, ce qui assure une bonne perception et insertion ;
- de ne pas respirer les gaz d’échappement au démarrage.
Le dispositif permet en outre d’améliorer la sécurité des piétons en éloignant les véhicules motorisés de l’aplomb de la traversée piétonne.

Qu’est-ce que le « cédez-le-passage cycliste au feu rouge » ?

Dispositif existant depuis 2012, le « cédez-le-passage cycliste au feu rouge » fait partie des outils permettant de faciliter la circulation des cyclistes.
Cette signalisation, apposée sous certains feux, permet aux cyclistes de franchir le feu rouge sans marquer l’arrêt sous réserve de céder le passage à tous les usagers, en particulier les piétons, bénéficiant du feu « vert ».
Le feu rouge devient un cédez-le-passage pour les cyclistes pour la ou les directions indiquées par le panonceau.
A Chaumont, cette signalisation est composée de petits panneaux placés sous un feu et qui indiquent par une ou des flèches la ou les directions autorisées.
Les caractéristiques physiques spécifiques du vélo autorisent cette mesure. En effet, son faible gabarit permettant une position avancée, l’absence de carrosserie et sa vitesse d’approche modérée à un carrefour offrent au cycliste une meilleure visibilité et une meilleure perception auditive que celles des automobilistes et des conducteurs de deux-roues motorisés.
Les faibles dimensions du vélo lui permettent en outre une réinsertion sans gêne dans le trafic une fois le feu franchi. Ce dispositif responsabilise les cyclistes qui choisissent le moment opportun pour s’insérer de manière sécuritaire dans le carrefour et sans gêner les autres usagers, comme c’est par exemple le cas pour n’importe quel usager qui, dans un carrefour à feux, entreprend une manœuvre de tourne à gauche après avoir franchi un feu vert.
Il peut également permettre aux cyclistes de se décaler par rapport au flux des autres véhicules et d’éviter ainsi certains conflits particulièrement dangereux comme ceux avec les véhicules lourds en mouvement tournant.
En France, plusieurs milliers de feux ont été équipés ces dernières années, dans des communes de toutes tailles, avec des retours positifs en termes de sécurité routière.

Circulation partagée, déplacements apaisés : Les dispositifs mis en place à Chaumont

Le double-sens cyclable

La mise à double-sens cyclable d’une rue consiste à autoriser la circulation des cyclistes dans les deux sens d’une rue qui était auparavant à sens unique pour tous les véhicules. A Chaumont, les vélos peuvent circuler à double sens sur les voies à sens unique dans la plupart des zones 30* et zones de rencontre.
Sa fonction principale est de garantir un itinéraire sans détour offrant le plus court chemin. La présence de nombreux sens uniques en ville est très pénalisante pour les cyclistes et les oblige souvent à des détours très longs pour se rendre d’un point à un autre.
Le double-sens cyclable présente d’autres avantages :
• confort de ne pas être suivi par un véhicule motorisé ;
• amélioration du repérage, l’aller et le retour se faisant par le même itinéraire ;
• évitement de la circulation des axes à plus fort trafic ;
• meilleur confort et sécurité du piéton car le cycliste est encouragé à utiliser légalement la chaussée en libérant le trottoir. 

Les bandes cyclables

La bande cyclable désigne une voie exclusivement réservée aux cycles à deux ou trois roues. Elle constitue une solution intermédiaire entre les aménagements en site propre – piste cyclable, voie verte - et ceux instaurant la mixité avec les autres véhicules comme la Zone 30 ou la Zone de rencontre. Elle permet, par la présence du cycliste sur la chaussée même, de favoriser la co-visibilité entre les cyclistes et les véhicules motorisés. Toutefois, la bande cyclable ne présentant pas de séparation en relief avec la chaussée, le cycliste a tout intérêt à rester éloigné des véhicules à gros gabarit, en particulier à l’approche des intersections ou dans les courbes.

L’aire piétonne un espace dédié

L’aire piétonne est un espace public dont l’usage est dédié aux piétons.
Le piéton y est prioritaire sur tous les autres usagers autorisés à y accéder.
Il ne s’agit donc pas d’un partage de la voirie.
Une telle zone vise à faciliter avant tout les déplacements à pied, puis l’usage du vélo à faible vitesse ; la présence des véhicules motorisés devant rester exceptionnelle. Les véhicules autorisés et les conducteurs de cycles peuvent circuler sur les aires piétonnes, à la condition de conserver l’allure du pas et de ne pas occasionner de gêne aux piétons. L’allure du pas est une vitesse aux alentours de 6 km/h.
La priorité est de garantir le déplacement des usagers dans les meilleures conditions de sécurité et de confort, que ce soit dans une zone 30, une aire piétonne, une voie verte, une zone de rencontre ou sur des aménagements cyclables « traditionnels » tels que pistes ou bandes cyclables. « Les pistes cyclables sont des chaussées exclusivement réservées aux cyclistes. Contrairement aux bandes cyclables, elles sont séparées de la chaussée générale »

La voie verte, une route sans les moteurs

La voie verte est ouverte à tous les usagers non motorisés ; elle constitue un espace de convivialité et de sécurité pour les personnes à mobilité réduite, les piétons, les cyclistes, les rollers, etc. Elle facilite, par exemple, la pratique du vélo à vitesse maîtrisée pour les jeunes enfants, les familles et les cyclistes débutants. Voie de communication à part de toute circulation motorisée, elle n’en constitue pas moins un élément d’un réseau plus dense et peut donc croiser d’autres voies dont la plupart sont ouvertes à la circulation motorisée. « Une voie verte est, par définition, ouverte aux piétons, ce qui n’est pas le cas d’une piste cyclable, réservée aux cycles »

 

Zone de rencontre, la courtoisie doit prédominer

La zone de rencontre est affectée à la circulation de tous les usagers. Dans cette zone, les piétons sont autorisés à circuler sur la chaussée sans y stationner et bénéficient de la priorité sur les véhicules. La vitesse des véhicules y est limitée à 20 km/h. Toutes les chaussées sont à double sens pour les cyclistes. Les entrées et sorties de cette zone sont annoncées par une signalisation spécifique.
L’introduction de cette nouvelle zone de circulation apaisée intermédiaire entre aire piétonne et zone 30 vise à une meilleure lisibilité pour l’ensemble des usagers de l’espace public.
Le terme « rencontre » souligne que le rapport de force entre les usagers doit être écarté au profit d’un comportement de courtoisie, au bénéfice des plus vulnérables. La vitesse est limitée à 20 km/h pour tous types de véhicules, c’est-à-dire les vélos, les cyclomoteurs, les motos, les automobiles, les véhicules de livraisons, les bus... Le choix de faire figurer cette prescription de limitation de vitesse sur le panneau rappelle cette exigence.

La Zone 30 Vitesse limitée, sécurité renforcée

La « zone 30 » est un ensemble de voiries où la vitesse est limitée à 30 km/h pour tout type de véhicules, c’est-à-dire, les vélos, les cyclomoteurs, les motos, les automobiles, les véhicules de livraisons, les bus. Cette exigence est rappelée sur le panneau qui signale l’entrée de la zone.
Dans cet espace public, on cherche à instaurer un équilibre entre les pratiques de la vie locale et la fonction circulatoire en abaissant la vitesse maximale autorisée pour les véhicules.
Ceci doit aider au développement de l’usage de la marche en facilitant les traversées pour les piétons et l’usage du vélo en favorisant la cohabitation des vélos avec les véhicules motorisés sur la chaussée. C’est en raison de cette faible vitesse des véhicules qu’une cohabitation dans de bonnes conditions de sécurité est possible.
Toutes les rues en Zone 30 ne sont pas circulables en double sens cyclable. Un arrêté du Maire précise les rues où cela est autorisé : rue Félix Bablon, rue Maitret, rue Saint Louis, rue du Docteur Michel, rue des Abbés Durand, rue de L’arquebuse, rue Mareschal, rue du Docteur Schweitzer et rue Lévy-Alphandéry à l’essai.

Favoriser la mobilité douce reste donc essentiel face aux considérations sociales, environnementales et économiques, comme la précarité énergétique liée à la hausse du prix du gasoil.

Dans cet esprit, la création du PEM (Pôle d’Echanges Multimodal) au quartier de la Gare a permis la refonte globale du réseau de bus, avec la mise en place d’un pass multimodal favorisant les transports en commun. A cette occasion, le parc de bus s’est presque entièrement rénové et enrichi de nouveautés prêtes à simplifier la vie des utilisateurs. En effet, l’ensemble des véhicules neufs, moins polluants et moins bruyants, sont équipés pour un meilleur accueil  et confort des usagers, et notamment des personnes à mobilité réduite. Depuis 2012, l’installation d’une passerelle traversant la voie de chemin de fer en reliant les quartiers sud de Chaumont au centre-ville, sécurise les déplacements piétonniers et cyclistes sur ce secteur.

Agence CmonBus à Chaumont
Gare SNCF
Horaires d’ouverture
Lundi : de 13h30 à 18h
Du mardi au vendredi : 9h-12h et 13h30-18h
Samedi : 9h30-12h
Une permanence téléphonique est assurée le lundi de 9h à 12h
Site internet

Partager cette page