Vous êtes dans : Accueil Actualité Vers des cimetières zéro-phyto

Vers des cimetières zéro-phyto

Des tests d'entretien sans pesticides sont actuellement réalisés à Buxereuilles, à Clamart et Saint-Aignan

Depuis le 1er janvier 2017, la loi de transition énergétique pour la croissance verte (loi Labbé du 22 juillet 2015) interdit, pour les collectivités, l’utilisation des produits phytosanitaires chimiques pour l’entretien des espaces publics non fermés.
Dans ce cadre, la Ville de Chaumont a souhaité aller au-delà des préconisations, qui rendent cependant possible l’utilisation des produits phytosanitaires « classiques » sur certains cimetières, terrains de sport et voies difficiles d’entretien.
Assisté de la FREDON (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles) Champagne-Ardenne, la Ville de Chaumont s’est alors engagée dans l’élaboration d’un plan de gestion différenciée des espaces publics visant à atteindre l’objectif zéro phytosanitaire au plus tôt, notamment dans les cimetières.

 

La gestion différenciée
La Gestion Différenciée fait évoluer le modèle horticole standard en intégrant à la gestion des espaces verts un souci écologique, économique et social. Elle permet de gérer et d’optimiser au mieux le patrimoine vert d’une ville avec des objectifs précis et en tenant compte des moyens humains et financiers. Elle crée une modification des espaces correspondant à une gestion différente en tenant compte de l’identité et des fonctions du lieu.

Afin de ne plus traiter chimiquement l’espace public, la Ville de Chaumont a donc dû raisonner et repenser l’entretien des espaces en adoptant des pratiques alternatives aux traitements phytosanitaires.

Un inventaire cartographique, réalisé en interne, permet aujourd’hui d’avoir une vision globale des emprises entretenues, d’organiser les entretiens et d’assurer une optimisation des moyens. Cet état des lieux a permis la classification de l’ensemble des espaces verts de Chaumont, situant les cimetières en zone d’entretien intensif, au même titre que le centre-ville, et les entrées de ville. Ces sites représentent l’image de la ville et nécessitent d’être particulièrement soignés.

 

 

Vers des cimetières « zéro phyto », végétalisation des sites et redimensionnement des allées
Espaces à contraintes (nature des revêtements, ruptures de matériaux, conception rendant de nombreux endroits difficiles d’accès pour le passage de matériels alternatifs etc…), les cimetières chaumontais sont à ce jour peu plantés.
Si ces lieux de recueillement nécessitent une tolérance zéro vis-à-vis de la végétation spontanée, la végétation et l’aménagement paysager dans certains cimetières sont propices au recueillement des familles.
C’est dans ce contexte que la Ville de Chaumont a souhaité, avec les intervenants ou représentants de la population qui sont en lien avec ces sites, entamer un « chantier test » cette année, afin de tendre vers le zéro phyto, l’accessibilité et la végétalisation généralisée des cimetières chaumontais.

 

 

Les 3 zones test en cours

Afin d’apporter une végétalisation progressive tout en simplifiant l’entretien, 3 périmètres ciblés test sont actuellement étudiées aux cimetières Clamart, de Buxereuilles et Saint Aignan.

- À Saint Aignan  :
Pose de bordures en amont du calibrage du cheminement de l’allée principale.
Un dispositif perméable de résine (fibre de bois) à base de ciment est appliqué en arrière et inter-tombes tombes. Une fois posé, celui-ci limite la pousse des nouvelles herbes et nécessite peu d’entretien.
Ce dispositif sera testé dans les 3 cimetières (Teinte ocre à Saint Aignan et Clamart, grise à Buxereuilles).

Fin mars, un aspect structurel sablé (à l’image de l’allée piétonne de l’avenue des États-Unis Chaumont) sera mis en place. Celui-ci permettra la mécanisation du désherbage tout en favorisant l’accessibilité des personnes et des véhicules des pompes funèbres.

- À Buxereuilles :
Depuis octobre, une parcelle du cimetière a été parsemée de jachère fleurie et de végétalisation après une découpe des pelouses et un sablage des allées.

- À Clamart :
Requalification paysagère au niveau du colombarium.

 

 

Les essais complémentaires à venir
- Le réensemencement 2(effectué tous les 2-3ans) apporte un espace végétal qui se développe peu tout en étant très couvrant, permet l’accessibilité tout en favorisant la biodiversité.
- La végétalisation en faveur de l’éco système à travers un projet type de module de plantations le long des murs.
- Une végétalisation qualitative aux pieds des plantations existantes par des bandes enherbées, en entrées de cimetière (par exemple).

 

Suite à ces différents essais, une révision du règlement des cimetières sera effectuée en fonction des résultats des tests et de l’adhésion des riverains.

 

 

 

Partager cette page