Vous êtes dans : Accueil Actualité Et maintenant le bois !

Et maintenant le bois !

En septembre 2017, la Ville inaugurera sa chaufferie « bois » basée à La Rochotte. Avec le gaz et la valorisation des déchets, l’idée est de diversifier les approvisionnements afin d’alimenter le réseau de chaleur. Explications.

 

La chaufferie « bois » ou « biomasse » qui verra le jour dans le quartier de La Rochotte est le fruit d’un travail de longue haleine. Elle est une sorte d’aboutissement.  En 2011, la nouvelle délégation de service public signée entre la Ville et « Chaumont Energie Environnement » société dédiée de ENGIE Cofely prévoyait cette construction afin d’alimenter le réseau de chaleur et plus particulièrement de diversifier son approvisionnement. 

La fin du fuel

Frédéric Roussel, adjoint au maire chargé de l’urbanisme et de l’environnement parle d’une philosophie assumée avec, pour alimenter le réseau de chaleur, la valorisation énergétique des déchets (55 % de l’approvisionnement), le gaz et la cogénération (25%) et donc bientôt le bois (20 %). Pour l’élu et le service «  ingénierie  » de la Ville, « ce mixte en approvisionnement présente deux vertus. Celle de sécuriser le système et celle de s’inscrire dans une dimension de développement durable en abandonnant totalement l’utilisation du fuel ».
D’ailleurs, concrètement, sur le terrain, les travaux commenceront par le démontage des installations « fuel » 
dans l’ancienne chaufferie de La Rochotte pour ensuite passer à la phase « réhabilitation », comme celles des façades vitrées, et même à une extension pour les silos qui accueilleront la matière première. L’entreprise CEE a en charge ses travaux pour un montant de 3,2 millions d’euros. La chaufferie qui entrera en fonction en septembre 2017 aura une puissance de 2,5 MW soit la production d’énergie pour alimenter 1  100 logements.

Plaquettes et broyats

Quant à l’approvisionnement en bois, il est également confié à Cofely via une de ses filiales. Le contrat spécifie qu’il sera issu des forêts situées de 50 à 100 km autour de la ville de Chaumont et notamment de parcelles dont la Ville est propriétaire. Chaumont détient 1  200 ha de forêts et la chaufferie va permettre de valoriser les houppiers. Pour Frédéric Roussel, «  il est important de faire fonctionner la filière bois dans une logique de développement et de gestion raisonnée des forêts ». 
En période de pleine chauffe, la  chaufferie consommera une tonne de bois par heure soit 72 m3 par jour. Le tout sous forme de plaquettes forestières ou de broyats de palettes sachant que les fosses de stockage auront une autonomie de quatre jours.
Notons enfin, qu’indépendamment des aspects purement techniques, un soin particulier a été porté sur l’aspect du bâtiment. La qualité de son architecture, avec un mélange de bois et de parement de couleur vert, va contribuer à son bonne intégration dans un quartier en pleine mutation grâce à l’opération Coeur de Rochotte et la construction du futur centre aquatique. 

 

Géolocalisation

Latitude : 48.095693692072906 Longitude : 5.135221857641568 Adresse : avenue ashton 52000 chaumont

Partager cette page